La toile en couture (1/3)

Cet article est le premier d’une série d’articles autour du thème de la toile en couture.

  • La toile : pour ou contre
  • Mon expérience de toile portable 
  • Quelques ressources pour ajuster ses patrons

Depuis que je fais de la couture de vêtement, j’ai toujours entendu et lu qu’il fallait faire une toile. Cet exercice permet de valider la taille d’un patron, de prévoir quels ajustements sont à faire, de tester ces ajustements afin d‘avoir un vêtement bien adapté à sa morphologie lorsqu’il sera réalisé dans notre tissu chéri.

Mais dans la réalité de ma vie de couturière, je suis loin d’avoir fait une toile pour chaque nouveau patron cousu! En étant honnête je pense que je peux les compter sur les doigts d’une seule main…

Comme vous toutes je pense, quand je découvre un nouveau patron, que j’associe à un joli tissu, j’ai tout de suite envie de coudre mon projet… je n’ai pas envie de “perdre” mon temps à tester sur un tissu toile, faire des ajustements (je ne suis pas du tout à l’aise avec cette partie là :)) bref la toile est très souvent rapidement oubliée…

Dans la réalité des choses, je dirais tout de même qu’il y a toile et toile.

Il y a la vraie toile faite en vieux drap récupéré, de couleur improbable qui finira ensuite dans le panier dont on ne sait pas quoi faire… et il y a la toile dite “portable”, celle faite avec un tissu qui nous plait mais sans plus, ou encore dans un tissu acheté au marché qui nous a coûté quelques euros, euros que nous ne serons pas trop déçues de perdre si le modèle ne va pas. 

Les deux se défendent.


La toile V1

Dans le premier cas, cela peut être très rapide : pas besoin de surjeter, pas de couture anglaises, pas d’ourlets, on fait vraiment le strict minimum pour construire le modèle et qu’il prenne sa forme finale mais sans aucune finition du tout. Le tissu est soit du tissu spécial toile, soit des tissus récupérés ou des mélanges de tissus dont vous ne savez plus quoi faire. Cela peut être assez rapide, voire très rapide! L’étape qui prend ensuite du temps est celle des ajustements : il est possible de faire les modifications directement sur la toile, parfois il faut recouper des pièces modifiées pour les assembler de nouveau… Une fois les ajustements faits si nécessaires, vous modifiez vos pièces de patron et vous pouvez ensuite attaquer le projet dans votre tissu coup de cœur qui attend bien sagement dans votre placard. Mais ce projet aura forcément été retardé, la motivation de départ n’est peut être plus là, et pourtant cela permettra à votre réalisation d’être bien ajustée sur vous comme vous le souhaitez.

La toile V2

Dans le second cas, cela va certainement prendre plus de temps car si vous souhaitez une toile dite portable, il est nécessaire de porter plus d’attention aux détails et aux finitions. Les ajustements s’il y en a vont aussi prendre du temps : modifier une hauteur de pince poitrine, une emmanchure, et parfois c’est difficile de faire une modification sur une pièce surjetée bien assemblée sans trop abimer le reste. Pour les couturières les plus expérimentées, elles peuvent avoir l’habitude et savoir à l’avance les points à tout de suite modifier : pinces, longueurs de manche, aisance dos etc… mais ce n’est pas simple à appréhender surtout au début!


Dans tous les deux cas vous avez normalement à ce stade toutes les informations pour couper dans votre coupon chéri sans risque d’être déçue.

Mais parfois le résultat de cette toile peut ne pas donner satisfaction… c’est ce qui m’est arrivé récemment pour une toile de chemise Vitamine. Et où en suis-je sur ce projet? La toile n’est en l’état pas portable, je me suis découragée, et j’ai finalement utilisé mon coupon chéri pour un autre patron de chemise que je connaissais et que je savais bien m’aller.

Je vais vous raconter tout ça en détail mais cela fera l’objet d’un prochain article 😉

18 Commentaires

  1. Patounette says: Répondre

    Bonjour, merci à toi de prendre du temps et de nous mettre par écrit ce que nous savons toutes mais préférons mettre dans un coin de notre tête. Trop d’échec pour ma part car je ne rentre pas dans les standards donc je m’oblige à faire des toiles pour mes ajustements. Très bonne journée et au plaisir de te lire ou d’une nouvelle vidéo.

    1. Laurianne says: Répondre

      C’est aussi l’avantage de la couture, se coudre des tenues qui nous vont vraiment bien! Et c’est vraiment un bon exercice la toile.

    2. Angélique says: Répondre

      Merci pour cet article super intéressant.
      J’avoue que je suis partagée sur le sujet. C’est clair qu’une toile est super utile s’il y a des ajustements à faire mais étant débutante je ne me sens pas du tout à l’aise pour me lancer dans des ajustements… Ajuster une longueur de manches ou de pièce principale ça va mais pour le reste c’est plus compliqué.

      1. Laurianne says: Répondre

        Je comprends tout à fait! Ce n’est pas facile de commencer par des ajustements, débutante ou pas d’ailleurs.

  2. EVELYNE B says: Répondre

    merci beaucoup on se sent moins seule ! qui n’a pas été déçue par un premier jet ! bonne journée à toi

    1. Laurianne says: Répondre

      Oui, personne n’est à l’abri! Belle soirée!

  3. Article hyper intéressant ! Je pense que ça dépend aussi de notre degré d’exigence… Et puis avec le temps et l’expérience, on finit par se connaitre : on choisit des patrons dont la coupe, on le sait d’avance, va nous aller. Je mesure par ailleurs la chance d’avoir une silhouette/morphologie qui me permet de “tout porter”. Je n’ose donc imaginer toutes celles et tous ceux qui doivent procéder d’emblée à telle modification ou tel ajustement…

    1. Laurianne says: Répondre

      Je suis tout à fait d’accord Sandrine, à force on sait ce qui nous va mieux on sait qu’il faut allonger ou raccourcir telle ou telle marque… c’est en faisant qu’on apprend!!! Merci pour ton petit mot 🙂

  4. Merci Laurianne. Je me reconnais dans ces premiers propos :-). j’attends la suite avec impatience.

    1. Laurianne says: Répondre

      Je pense qu’on se reconnait toutes 😁 Merci à toi et bonne soirée!

  5. Je me reconnais parfaitement dans tes propos.
    Je sais que je devrais faire des modifications pour certains patrons (F.B.A., longueur de jambe par exemple), mais je vais préférer aller vers des modèles déjà cousus ou des coupes pour lesquelles il ne va pas falloir réfléchir 107 ans. Si je dois passer trop de temps sur un projet, je ne vois plus le plaisir, mais je ressens plutôt une corvée.
    Et puis aussi, j’ai un peu de mal à voir l’utilité de la toile pour UN projet. Je peux comprendre qu’on fasse des ajustements quand on compte refaire plusieurs fois le patron, mais quand on se coud un modèle pour la 1ère fois, difficile à dire si on a envie de le refaire ou pas. D’où à mon sens l’utilité de la toile portable.
    Hâte de lire le prochain article!

    1. Laurianne says: Répondre

      Effectivement une toile pour coudre une fois le patron moi aussi je vois ça comme une corvée 😅

  6. Edwige says: Répondre

    Merci pour cette série d’article ! En effet, je ne fais pas à proprement parler une toile mais j’utilise un tissu moins cher pour tester la 1ère fois le modèle et voir si je doiss faire des ajustements sur le patron pour mon joli tissu. Comme toi les ajustements me font peur mais je trouve que beaucoup de créatrices donnent de bons supports, je pense à Ivanne S, Deer and doe, la jolie girafe. Et grâce à la communauté on a beaucoup d’aide. Hâte de lire ton prochain article !

    1. Laurianne says: Répondre

      Merci! Et oui on trouve beaucoup d’aide maintenant! Le tout est de savoir ce qu’il nous faut 😅

  7. Véro says: Répondre

    Je fais une toile non portable systématiquement pour chaque nouveau patron car j’ai pas mal d’ajustement à faire dans le dos mais seulement du corsage.

    1. Laurianne says: Répondre

      Ah oui une toile d’une seule partie qu’on sait problématique est une bonne idée!

  8. Jalyla says: Répondre

    Quand j’ai commencé à coudre, je faisais systématiquement une toile pour chaque projet. Aujourd’hui j’en fais une uniquement quand le patron possède beaucoup de pièces à assembler. Déjà il faut bien prendre ses mesures et je regarde si elles correspondent au patron avant de découper. Je couds principalement du Burda, je fais une taille standard, et j’ai la chance de ne pas avoir de modifications à apporter à leurs patrons, ce qui facilite grandement la tâche.

    1. Laurianne says: Répondre

      Merci! Et oui quand on correspond bien à une marque de patrons dans les mesures c’est super pratique!

Laisser un commentaire